3. L’art des zygomatiques

Le B A BA de l’articulation ou L’art des ZYGOMATIQUES
A B C D E …. etc etc

Encore des mots toujours des mots comme disait DALIDA mais au juste, est ce qu’on les écoute vraiment tous ces mots, ceux que l’on dit ceux que l’on écrit…?
Est ce qu’on pourrait prendre un petit temps pour se les chouchouter se les cocooniser ces petites syllabes, ces voyelles, ces consonnes, les regarder les approcher d’une autre manière pour en redécouvrir leur forme, leur sonorité, leur élasticité.

Jouer avec elles, pour qu’elles ne se jouent pas de nous. Et en profiter pour se ravaler la façade en grimaçant.
Voici un programme détox de nos habitudes d’élocutions, car chanter une chanson c’est aussi chanter des mots.
Et ces mots on les dit, on les prononce, on les articule on les relie on les délie, comme dans la vie, mieux que dans la vie car normalement on y prête attention à ces mots ; ces mots que l’on aime dire avec sens, sincérité et enthousiasme.

Ahh oui facile à dire n’est ce pas… mais à faire pas si simple…

Je vous propose de revenir aux bases. C’est tout l’enjeu. C’est le jeu !

Les bases c’est quoi en matière de mot ? C’est le B A BA !

En coulisse de la bouche, on affute sa langue et on découpe le mot en petit morceaux on obtient des syllabes que l’on redécoupe et hop ! On obtient « Les Lettres » :
Et si on les regardait un peu mieux qu’à l’ordinaire nos lettres de noblesses 😊?
Car notre langue n’a rien d’ordinaire et comme toutes les langues, elle est un peu magique non ✨?
Elle est définie par notre ALPHABET ɑβ (alpha bêta les deux premières lettres grecques)

La voix est susceptible d’un quatrième ordre de modifications; celui que nous représentons par les lettres de l’alphabet, et qui se divise lui-même en deux sous-ordres; l’un relatif aux sons principaux, que nous représentons par les voyelles; et l’autre, à ce que l’on nomme leurs articulations, et que nous représentons par les consonnes. 

G. Cuvier, Leçons d’anatomie comparée,t. 4, 1805, page 446.

D’un côté on a l’équipe des A, E, I, O, U, OU, IN, EN, AI
De l’autre B, C, D, F, G, H, J, K, L, M, N, P, Q, R, S, T, V, W, X, Z
Consonnes, voyelles le compte est bon ! 💯

Brièvement leur différence est grande :
Les voyelles, elles, apportent l’élasticité du son, on peut faire une note tenue, moduler à l’intérieur de cette note, le son peut être bref ou long ou très très long mais elles ont peu de dynamique, pas de ressort.

Contrairement aux consonnes, qui, avec leur son bref, claquant, crissant, bavant, pétaradant, ronronnant 🐈, sont percussives, énergétiques et confèrent à l’architecture du mot.

J’ai l’habitude de comparer les mots à de petits chamallows 🍬 MIAM  dont la structure seraient les consonnes et l’intérieur les voyelles.

Pressez un bon gros bonbon tendre entre vos doigts, il se rétracte mais reprend sa forme dès que la pression n’est plus exercée…
Le mot lui aussi a cette faculté de dilatation en quelque sorte.
Et tant mieux pour nous chanteurs ! 😉 Et d’ailleurs nous le faisons tous, cette accentuation dans la vie de tous les jours.

Nous exagérons bien souvent les sonorités sans y prêter attention… 😱

“Noooon ! Heiiiiin? Aaaaaahh mais noooooooonnn !? mais Yeeeeeeees ! c’est Gééniaaaaaaaaaal , YOUupiiiii …. hooooouu la laaaaa … “

Et une fois que j’ai dit ça on fait quoaaaaaaaa ??

☝️ ALLEZ HOP EXERCICE PRATIQUE ! ANATOMIE ALPHABÉTIQUE…

Installez vous tranquillement plutôt debout ou assis le dos bien à la verticale sur une chaise ou un canapé. 🛋
Commencez à énoncer à voix haute les lettres de l’alphabet une à une, comme si vous les observiez à l’intérieur de vous pour la première fois.

A

DITES A ! Voyez vous comme votre bouche s’ouvre, la mâchoire inférieure appelée mandibule s’abaisse, la langue reste au sol de la mâchoire elle touche les dents du bas. Elle est tranquille tandis que les lèvres sont tranquilles.
Accentuez ce A jusqu’à émettre le son qui dirait Ah (enfin ou ah quand même !) ou encore un Ahh de contentement, d’aise. Observez comment votre visage s’anime, comme vos yeux s’ouvrent, comme le son vient du ventre.
Répétez ce A, laissez le sonner, amusez vous à lui laisser une vraie place la bouche grande ouverte.

B

Enlevez la voyelle de la fin il reste une sorte de B (euahhh) qui s’estompe très vite puis qu’aucune voyelle n’y est collée. Notre B c’est le son percussif B (euahhh) plus un é court.
Observez :
Comment sont les lèvres ? Que font elles ? Sentez vous qu’elles disparaissent presque et qu’elles se pressent jusqu’à ce que la pression se libère et provoque un B un peu tonique mais pas trop ? Et la langue est elle au repos ? Relevée ? Active ?
Et les joues ? Les muscles faciaux ??
Vous voyez c’est tout B B B B B B BBBBBête un B et pourtant voyez comme il est unique, comme il est magique, un bébé, un bonbon, un boubou, un bambin.
Sentez les muscles qui étirent la bouche sur les côtés vers les commissures, pas autant qu’un i mais l’intention est la même.

Le bébé boulotte les bonbons du bambin

repeat after me 📢

C

Passons au C :

C . Comme un échappement entre les dents, ce sifflement provoqué par la langue, un souffle persifflant poussé, qui s’achève par le son é.
Contrairement au S qui commence par un AI et finit par siffler à n’en plus finir, bête noire de nos amis ingénieurs du son en studios 🎛

D

D (euuh) sans é D avec le son é à la fin.

La langue exerce une pression derrière les incisives de la mâchoire du haut, puis cette pression est libérée par l’ouverture de la bouche, d’environ 1 cm.

👄 DITES :

Dédé décédé dédié en boucle 5 fois rapidement

Observez que c’est la langue essentiellement qui bouge pour différencier le é du son ié et le dé du cé.

Une vraie gymnastique non ? Sans aller à la salle de sport ! Vous devez sentir vos muscles faire l’effort nécessaire pour prononcer correctement.
Un training à effectuer régulièrement avant de chanter, de parler, comme un échauffement de notre visage une mise en route de notre véhicule phonatoire et expressif.

Car prononcer c’est déjà exprimer. Sonoriser un mot c’est exprimer une opinion, exprimer une pensée.

Et n’oubliez pas que si vous voulez que votre parole soit entendue vos chansons écoutées ou chantées, c’est à vous d’abord de bien traiter vos mots.

Et pour cela il faut les relire à voix haute, les observer dans le détail pas dans le flux d’un texte qui bien souvent est relégué au faire valoir de la musique.

E

Euuuuhh au tour de E
La bouche un peu “en cul de poule” et les lèvres qui se contractent puis se détendent à la fin du son, faites à voix haute plusieurs fois le son E E E E E E et sentez votre diaphragme et votre ventre.  

Observez la langue qui ne bouge pas.

F

F  AIFFFFF 

Précédé du son Ai qui implique d’ouvrir la bouche et tirer les commissures,  le F se fait souffle, 🌬 si on prolonge le fffffff entre ses lèvres car la langue reste au sol de la mâchoire, un filet d’air et de son feutré file vers l’infini du silence, comme un ballon qui se dégonfle.

Observez comme la prolongation du son implique le soutien du diaphragme pour ne pas se dégonfler trop vite et vous propose de mieux gérer votre souffle.

Je vous laisse à la découverte de toutes les autres lettres !

Faîtes défiler votre alphabet comme au ralenti en sur-articulant, en prêtant attention à toutes les subtilités de placement de vos lèvres, de vos mâchoires, vos muscles faciaux, de la langue… Aux résonances dans votre visage, de ce qui se passe dans votre ventre, votre diaphragme, dans tout votre corps… Goûter ces retrouvailles avec les voyelles et les consonnes.

 

Puis une fois cela fait, reprenez l’Alphabet rapidement plusieurs fois de suite devant le miroir en imaginant que vous devez parler  à quelqu’un derrière une vitre dans un aéroport 🙂 ✈️

La personne de l’autre côté ne vous entend pas mais vous devez exagérer votre articulation pour qu’elle lise sur vos lèvres. OU vous êtes un clown 🤡 qui grossit les expressions du visage pour bien se faire comprendre.

Vous allez penser que vous exagérer alors que vous ne ferez que le minimum, essayer d’aller jusqu’à la GRIMACE juste pour sentir ce que vous devez engager physiquement pour prononcer correctement et intelligiblement.

On appelle ça le BA BA mais ce n’est pas si easy n’est ce pas ? 😜

Et puis ensuite vous pourrez vous amuser avec ces phrases de prononciation
PDF pour articuler et améliorer votre diction 😲 INDISPENSABLE avant de chanter.

 

Le B A BA de l’articulation.

Tout le monde connaît les fameuses CHAUSSETTES DE L’ARCHIDUCHESSE mais connaissez vous…


Papa Peint dans les bois, papa boit dans les pins, dans les bois papa boit et peint.
Trois tortues trottaient sur trois toits très étroits
Il faut que je passe chez Serge, il faut que je passe chez ce cher Serge
Sage chat sage singe
Je veux et j’exige d’exquises excuses
Gros gras grain d’orge, quand te dégrosgrasgraindorgeriseras tu?
je me dégrosgrasgraindorgeriserais, quand tous les grosgrasgraindorge se dégrosgrasgraindorgeriseront
L’évadé du névada dévalait dans la vallée
Le fisc fixe exprès chaque taxe fixe excessive exclusivement au luxe etc .... A vos muscles prêts partez Bossez votre articulation votre prononciation votre élocution
on vous écoutera. YESS YOU CAN

OUI C’est FrançççççççççoiZZZZZZe l’art des zygomatiques cest fini pour aujourdh’ui.

La prochaine fois on s’intéresse aux lettres qui font des mots, qui font des phrases, qui font des chansons ! 🎼

Mais ceci est une autre “il etait une fois “ … histoire. 

 

AMEN 🙏

☝️ BONUS A VOIR ET A MANGER 🙂

D’abord Mademoiselle Angèle une des chanson de DANDY, un de mes projets chansons cabaret, enregistrée en live en 2005 ça fait un sacré bail ! Écrite par Gilles Robin composée par moi même 😊 Délectation autour d’un Alphabet …pas si bête que ça.

Mon conseil Lire le texte en écoutant la chanson pour une dégustation plus complète 🍨

MADEMOISELLE ANGÈLE

GILLES ROBIN / FRANÇOISE FOGNINI

Mademoiselle Angèle elle A cela qui les rend bouche B
On les a vu debout sous C fenêtres entrouvertes D
Que la lune blême comme E apparaît bâtissant la n’F
D’un temple aérien et lé’G. Est-ce d’un héros ou d’un l’H
De se taillader dans son l’I ? Sur leur tombe on lira ci J
Celui dont tu ne fis pas K, celui qui s’est brûlé les L.
Malheur à l’imprudent qui M et ne récolte que la N.
L’ont-ils enfin trouvé là O, chez le grand Papa cette P
Pauvres pécheurs qu’un joli Q conduisit aux voies suicid’R
Pendus comme un chien à sa l’S. Adieu la chaleur de l’éT
Jeunes idiots vous avez U trop peu de temps pour éprou’V
Qu’amour est trompeur, double, V...ritable enfanteur d’idées f’X
Amateur de tragéd’Y .Gentils damnés que Dieu vous Z. Mademoiselle Angèle elle A mis au panier ses bonnets B
Et choisi de se déla’C en se fichant des obsé’D
Tous ces passants libidin’E, encravatés et petits ch’F
Qui prenant un air déga’G, l’air du monsieur propre et sans t’H
La déshabillent avec env’I, rêvant de débauche et d’or’J
S’ils se montraient plus déli’K bien vite ils découvriraient qu’L
A beau cheminer sans diad’M, l’inconnue n’en est pas moins r’N
Toute nimbée d’un doux hal’O, et l’on a vu, souffle coup’P
C’est sûr on en est convain’Q, ses pieds menus marcher sur l’R
Est-elle un mirage ou bien S une déesse de beau T
Qui aurait déserté la n’U pour à nouveau nous faire rê’V
Voir au-delà, voir W (Vé)nus, toi l’éternel phén’X
Descendue de l’Olymp’Y nous t’aimons de A jusqu'à Z.

Et voici un de nos amis Québéquois André Sauvé humoriste très talentueux qui nous décrit l’Alphabet en 2 min : Hilarant

L’alphabet se compose de 26 lettres, les lettres ont été mis en ordre, on a mis les plus populaires au début " A,B,C,D,E..." et la bande de bâtards dont on se sert jamais à la fin " W,X,Y,Z..."

Allez ABientôt et surtout portez vous bien  ❤️ 

 

francoise-fognini

Françoise Fognini

Artiste, aventurière de la création et coach de vie artistique. Ma vie professionnelle a des allures de patchwork créatif, que je colore depuis près de 30 ans dans le milieu culturel .

EN SAVOIR PLUS
Découvrir les autres articles de blog

francoise-fognini

Françoise Fognini

Artiste, aventurière de la création et coach de vie artistique. Ma vie professionnelle a des allures de patchwork créatif, que je colore depuis près de 30 ans dans le milieu culturel .

En savoir plus

TRIBU Modern Récital N°9 CHANSON D’AUTOMNE

CHANSON D’AUTOMNE 

Poème de Paul VERLAINE

Musique et chant Françoise FOGNINI

Piano Paul  STAICU 

Percussions Joel GRARE

Violoncelle Martina RODRIGUEZ

 

 

Verlaine, Serge et moi

« Vous avez lu l’histoire de  jessy James Paul Verlaine
Comment il vécut, comment il est mort
Ça vous a plu, hein, vous en d’mandez encore
Eh bien, écoutez l’histoire de  Bonnie And Clyde «  … 🙂 CHANSON d’AUTOMNE !

Hey Serge, 

tu nous manques avec tes contorsions, ton génie et tes emprunts; 

Etait-ce parce que tu avais tant joué et appris « sur le coeur » tes bases de musique classique et de jazz, que tu gardais cette liberté, voire ce libertinage du mélange des genres comme un dialogue éternel avec tes racines ?

Etait-ce parce que tu aimais profondément Verlaine, comme Chopin, Beethoven Dvorjak … et tant d’autres grands auteurs ou compositeurs, que tu leur donnais un coup de chapeau, en les adaptant, leur redonnant ce coup de jeune pour une autre postérité ?  

La chanson est un art mineur disais tu, provocateur… Et la poésie alors ? Ni l’un ni l’autre selon moi 🙂 Aujourd’hui on te chante encore comme tu chantais Verlaine

Restituer à Verlaine et à sa chanson d’automne ce qu’il t’a insufflé, un blues littéraire transmuté au travers de ton prisme, ton groove de mot. 

En jazz, on fait ça tout le temps, on se passe la musique comme un relais flambant neuf, en mode citations musicales all the time…

Ressent qui doit, Comprenne qui peut. 

 

Je la comprends moi, bien cette alchimie.

Et comme disait Antoine Lavoisier Chimiste et philosophe:

Rien ne se perdrien ne se créetout se transforme

Je transmute la matière poétique à ma manière, sur le fil de l’organique, essayant de trouver l’âme nature qui filtre dans les mots, me laissant guider par leur puissance d’imaginaire, et le film que je me fais à la l’évocation de l’histoire qui naît.

La musique me vient de cette rêverie d’image.

Ici, le vent dans les feuilles, le cliquetis d’une guirlande de coquillages, le violoncelle comme une voix humaine mélancolique et chaleureuse; la voix du manque, de ce fantôme qui me hante.

Les feuillages qui crissent, froissent et craquellent le silence de la forêt.

Même leur son est brun orangé, il y a le frôlement de la vie,

Un souffle asthmatique sous nos pieds.

“Et je m’en vais au vent mauvais qui m’emporte                                                             De ça de là, pareil à la feuille morte” disait Verlaine

« Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais,                                                                    Je suis venu te dire que je m’en vais « Disait Gainsbourg 

Alors Ici ami (e) que cela amuse , voici la transposition de Paul à Serge. Voici les deux textes qui nous font entendre et voir le glissement de terrain des mots de l’un à l’autre.

Je suis une autre passeuse de ces lettres Françaises, je vous remercie mes chers ainés et passe le flam-Beau de la poésie pour la beauté du geste dans la méditation ordinaire.

J’espère que l’essence de ma mélancolie automnale leur rendra hommage

PS : Hey ! Serge, Hey Paul (S) au fait… je vous aime, et vos sanglots longs, pour moi ont tout changé.

Chanson d’Automne / Paul  Verlaine

Les sanglots longs

Des violons

De l’automne

Blessent mon coeur

D’une langueur

Monotone.

Tout suffocant

Et blême, quand

Sonne l’heure,

Je me souviens

Des jours anciens

Et je pleure

 

Et je m’en vais

Au vent mauvais

Qui m’emporte

Deçà, delà,

Pareil à la

Feuille morte.

Je suis venu te dire que je m’en vais / Serge Gainsbourg

Je suis venu te dire que je m’en vais

et tes larmes n’y pourront rien changer

comme dit si bien Verlaine « au vent mauvais »

je suis venu te dire que je m’en vais

 

 

Tu t’souviens des jours anciens et tu pleures

tu suffoques, tu blémis à présent qu’a sonné l’heure

des adieux à jamais

oui je suis au regret

de te dire que je m’en vais

oui je t’aimais, oui, mais

je suis venu te dire que je m’en vais

tes sanglots longs n’y pourront rien changer

comme dit si bien Verlaine « au vent mauvais »

je suis venu d’te dire que je m’en vais

« De la plume de l’Amérindien à celle du poète, entrez dans le cercle infini du partage musical de TRIBU »

NOTE D’INTENTION DU PROJET

TRIBU Modern Récital est l’aboutissement phonographique de mon épopée poétique et musicale, débutée il y a 3 ans. Un répertoire de poèmes illustres que j’ai revisité et adapté avec mes compositions puis arrangé avec Paul Staicu pour la version chanson Piano Voix. Ce sont aujourd’hui donc 22 titres qui prendront leur envol au fil des mois dans un premier temps, via Soundcloud et Bandcamp. .J’ai, pour cette production désiré rester dans l’artisanat et la simplicité. Je produis ces opus avec le soutien précieux de ma TRIBU et j’expérimente aujourd’hui ce qui rentre en résonance avec mes convictions, une sorte de « filière bio musicale » avec un accès direct de la productrice aux consommateurs gourmets Le plus simple et le plus léger possible comme cette musique dans l’air de notre temps.. D’un point de vu artistique aussi, j’ai souhaité façonner au fil des mots une musique picturale, nomade et sensitive où l’harmonie, la simplicité et l’élégance couleraient de source, privilégiant plus que jamais ma TRIBU de coeur, d’art et de valeurs. Lorsque le geste « artistique » devient si simple alors même qu »il a été revisité tant de fois.. Toucher cette émotion pure est ce qui me semble être la beauté. Alors merci par avance de m’en donner des nouvelles, de vous abonner à Soundcloud ou nous suivre sur facebook , de partager à votre entourage ces poèmes à dire devenus des chansons à chanter, et notamment à vos enfants et adolescents qui les étudient dans leur scolarité et bien souvent ne les abordent que de façon trop scolaire… Bref si vous aimez cette musique et si cette musique vous fait du bien, alors faites en profiter votre entourage Avec toute notre gratitude.

ENFANCE / TEXTE DU POEME

Enfance Francis Carco (1886-1958) La bohème et mon cœur

Les persiennes ouvraient sur le grand jardin clair et, quand on se penchait pour se griser à l’air humide et pénétré de fraîcheurs matinales, un vertige inconnu montait à nos front pâles. 

Et nos cœurs se gonflaient comme un ruisseau grossi car c’était tout un vol de parfums adoucis. Dans l’éblouissement heureux de la lumière : les lilas avaient des langueurs particulières où se décomposait une odeur de terreau. Tout le printemps chantait l’éveil des oiseaux et, dans le déploiement des ailes engourdies passait le grand élan paisible de la vie.

Une rumeur sonore emplissait la maison. On en attendait des bruits d’insectes ; des frissons faisaient trembler les grappes mauves des glycines tandis qu’allégrement des collines voisines, un parfum de sous-bois arrivait jusqu’à nous.

Ô matin lumineux ! matins dorés et flous, je vous respirai plus tard à la croisée et vous aurez l’odeur des feuilles reposées et ce sera comme un très ancien rendez-vous.

Une immense brassée de merci
Paul Staïcu l’élégance artistique incarnée avec qui il est si fluide « d’être en musique », Clément Caratini  pour ses joyeuses clarinettes, les relevés, les rencontres, Patrice Caratini Pour son accueil si généreux et sympathique en résidence d’enregistrement dans son studio, Pierre Maidoproject pour son oud aux arabesques sucrées, sa passion du voyage au propre et au figuré, Joel Grare pour sa délicatesse de percussionniste Impressionniste, Daniel Mizrahi  pour ses guitares sexy- climatiques, Alban Sautour dit Cheval, notre carte (son) maitresse ! De la prise de son au mixage, pour son travail d’orfèvre et son acuité musicale hors du commun. Et enfin, cette immense gratitude que j’éprouve à l’égard de tous ces poètes qui m’inspirent, éclairent ma vie, mon âme de leur regard et leurs mots singuliers. Arthur Rimbaud, Guillaume Apollinaire, Boris Vian, Charles Baudelaire, Francis Carco, Paul Valéry, Paul Verlaine, Maurice Carême, Jean Cocteau, Anna de Noaïlles, Rosemonde Gérard, Robert Desnos, Molière.… J’espère avoir remis leur parole dans la respiration de notre époque pour vous donner un souffle de douceur

Si vous souhaitez recevoir toutes les actualités de TRIBU MODERN RECITAL et bien plus, abonnez-vous à ma newsletter « Oui c’est Françoise » par ICI :

🙊 Surprise ! ➔ Tu peux regarder en exclusivité le making off de TRIBU

Oui C’est Françoise #1

Oui C’est Françoise #1

Artiste, coach, coach artiste ou artiste pédagogue… That is the question ?
Vous le savez surement, la création artistique est au cœur de toutes mes activités, alors depuis quelques temps je me dis :

Oui C’est Françoise #2

Oui C’est Françoise #1

Artiste, coach, coach artiste ou artiste pédagogue… That is the question ?
Vous le savez surement, la création artistique est au cœur de toutes mes activités, alors depuis quelques temps je me dis :

2. La Scène : l’art de la vie

Et si on commençait par la fin ? Comme un film basé sur les flashback !
Comme vous, je n’ai eu envie que de prendre le large, prendre l’air, saisir l’inspiration, mettre mon corps dans l’eau et mon esprit au repos.
Le temps des vacances… Le temps des copains et de l’aventure comme chante Françoise Hardy.
Alors, pendant l’écriture estivale de mon second article, je me voyais mal commencer ce chapitre 2 en sortant ma boîte à outils de coach, un cours magistral,  le B A BA du mot et de l’articulation … j’ai préféré une rentrée en douceur encore empreinte de nos impressions récentes.
L’été, c’est aussi le royaume de la musique en plein air. Vous avez probablement assisté à des concerts, vous étiez sur scène, en tournée ou vous prépareriez vos performances de la rentrée.
Alors comme ça, l’air de rien je me suis dit que LA SCENE ce serait pas mal ça pour débuter cette saison, avec tant de matière à explorer, qu’une petite mise en bouche pourrait être ludique et qui sait, faire naître des envies d’aller voir là ou vous n’êtes pas encore allés.

LA SCENE ça se pose là comme fil conducteur (électrique souvent d’ailleurs… 😊) avec créativité, émotion, interprétation, ce sera sans doute un des mots que j’écrirai probablement le plus dans ce blog.

Alors pour moi au juste c’est quoi La SCENE ?

Être sur scène… ÊTRE SUR UNE SCENE. Après un certain nombre d’années de pratique comme artiste et coach scénique et d’interprétation, j’ai concocté quelques petites maximes dont celle ci :

La scène c’est redonner au vivant ce qui appartient au vivant. Et toc ! 

Évidemment c’est de la musique, du théâtre de la danse etc… De l’art au mieux,  du divertissement au moins.

Mais tout doit être vivant, corps, visage, pensées, communication, expression, émotions au moins autant que dans la vie ou plus encore puisque sur scène tout est amplifié.

Ça tombe sous le sens, n’est ce pas ? Oui, mais en réalité, est ce que pour vous c’est aussi vivant que ça en a l’air ? Peut être que c’est un vivant qui essaie de nous faire croire en la vie mais qui ne la vit pas… Pas complètement, pas vraiment…Je vous ai perdu en route ? 😓

C’est simple, reprenons : on l’appelle LE SPECTACLE VIVANT.  Ce n’est pas rien ce mot là !  La scène en fait, c’est vous, votre projet, EN MIEUX, en plus travaillé. Une huile essentielle de vous même et de votre propos, et vous vous êtes vivant !

Alors du coup, ça peut mettre la tête à l’envers, le sourire aux lèvres, le feu aux planches petites ou grandes.

Donc ÊTRE sur scène cela peut paraitre facile en tout cas très accessible puisque tant de gens y montent pour s’exprimer. Je dis ça j’ai quand même déjà vu des musiciens monter sur scène en short dégueu et portable allumé dans la poche ! (…) WTF ?? 😵

Moi, j’ai commencé mon parcours au théâtre et c’est vrai que l’on m’a transmis l’amour de la scène, son respect profond et peut être que dans la musique parfois cette dimension existe moins. Mais pour moi monter sur une scène est un acte fort, précieux. Un acte Extra Ordinaire.  

La scène est un espace sacré ET profane

C’est un lieu d’expression qui se travaille dans la dentelle mais pas exclusivement musicalement. 

Alors bonne nouvelle, il y aura quelque chose de rassurant dans le travail de détails, justement, des tâches à accomplir, des règles à respecter, un cadre à inventer pour soi, pour les oeuvres, pour se dépasser, pour être encore plus libre, pour que les oeuvres fassent ce qu’elles doivent faire. Comme des flèches en plein coeur d’une cible. 💘

Être sur scène, ça peut être tellement magnifique, tellement vaste. Un espace temps à part entière, infini grand et petit.

La scène c’est en fait toute une géographie, un écosystème, un pays.

Alors il faut des aventuriers bien préparés pour conquérir ce territoire, il faut de l’audace, de la persévérance, du talent et beaucoup beaucoup de travail, de la réflexion, de la spontanéité, de la joie, de l’humilité et de la constance.  Rien que ça !

Accepter que cela contient aussi une part fort peu agréable, âpre, difficile.

Accepter le fait qu’être sur scène requiert une densité, une intensité une authenticité inébranlable à chaque instant mais dans la plus grande décontraction. Comme un acrobate ou un prestidigitateur. Au delà de la technique et la maîtrise du geste : retrouver la liberté.

Alors bon si le bassiste regarde ses pompes pendant tout le concert… si le chanteur a le regard fuyant ou qu’il n’articule pas les mots qu’il chante parce qu’il ne les assume pas tout à fait… si le guitariste bouge dans tous les sens pour s’auto-alimenter en énergie en ne regardant ni ses potes ni le public… ou si le batteur a la tête dans les fûts 🙂 … etc etc, quelque chose ne marchera pas vraiment, pas sur le long terme.

Oui c’est vrai, ce sont des exemples un peu clichés, il y a en tellement d’autres, mais justement ce sont des clichés parce que je les retrouve bien souvent en coaching. Trop dans La forme, mais rarement assez de fond.  

Alors, le voilà le grand enjeu, le grand jeu. Sur scène on devient interprète, même si ce sont nos propres œuvres. Ce sont elles qui mènent la danse . les interprètes doivent réinventer en temps réel les histoires qu’ils racontent et pas seulement se laisser bercer par la mécanique bien huilée des répétitions musicales, ni trop se laisser entraîner par l’énergie de l’adrénaline au risque d’être fake ou dispersés. 

Se produire sur scène, c’est quelque chose de très complexe en vérité. Cela demande beaucoup de technicité . 

☝️ ALLEZ, PETIT RÉCAPITULATIF

carnet
fiche récap'

Petit récapitulatif des indispensables à maitriser avant de travailler la scène :

  • Maitrise de l'instrument souhaitable pour certains INDISPENSABLE pour moi.
  • Gestion de la technique personnelle : justesse, sons, nuances, pédaliers, effets, changement d'instruments ou de son, accordage, micro, technique vocale, prononciation, gestion d'énergie, relation au corps.
  • Gestion de la circulation de la musique en groupe regard, complicité, communication non verbale, clarté et propagation du propos, gestion de l'énergie etc etc...
  • Restitution de l'oeuvre : interprétation, émotion, adresse individuelle et collective, nuance...
  • Musicalité : technique personnelle, jouage en groupe, aisance instrumentale, espace d'improvisation...
  • Communication : entre les membres du groupes, avec les techiciens, les organisateurs, le PUBLIC.
  • Ordre du set : prise de parole entre morceaux, introduction, dramaturgie, harmonie ou disharmonie.
  • Sans parler de l'organisation du concert et de la production logistique (merchandising, communication, organisation de groupe et d'événements...)

Pfffffiou alors oui déjà bravo 👏👏👏 car si vous avez déjà investi cette scène de tous les dangers et de tous les bonheurs, vous accomplissez tout cela en partie et au moins assez bien pour pouvoir le faire en public  🎭. Et c’est quand même incroyable, non ?? Et c’est beaucoup de temps n’est ce pas ? Une grande partie de votre vie sûrement. 

Alors, voilà le deal : sur 100 % d’énergie de votre stock personnel, au vue de tout ce j’ai énuméré ci dessus, vous n’avez qu’un but, celui de garder le plus d’énergie et d’attention possible sur votre spectacle vivant… Pas sur ce que pense de vous le 1er rang ou les personnes qui discutent au fond de la salle, ou le programmateur qui est venu vous découvrir. Evidemment c’est important d’être conscient de tout cela, mais ces pensées ne doivent pas vous parasiter, sinon le regard de l’autre prendra le pas sur votre propos, vous entraînant vers le stress, le doute, l’erreur et la perte de confiance. 

En scène on ne répète plus, on hésite plus, on transcende .

Et pour cela le maître mot : La concentration. 

Au théâtre c’est un cézame. En musique cela parait plus complexe et c’est souvent juste un manque de savoir faire. Se concentrer oui ok, mais sur quoi devez vous vous concentrer ? C’est bien là la question.

Au delà de tous les aspects techniques musicaux, votre concentration doit se focaliser sur le propos, l’ambiance, les émotions, le texte, la vibe, essayer de transmettre votre histoire comme si vous la racontiez au présent, en imaginant tout ce dont elle est composée et en le visualisant. En tant que spectatrice je ne veux pas voir la technique, cela reviendrait à voir un chef faire son marché à Rungis, moi je veux déguster le plat et j’espère toujours de tout mon ❤ qu’il sera bon.

Oui les spectateurs ont tous envie, même les plus blasés croyez moi, de se retrouver cueillis littéralement par la force d’un artiste, par sa présence et la qualité d’un spectacle. 

Alors je reviens à une autre de mes maximes :

La musique à entendre n’est pas la musique à voir !

La musique à voir elle doit se voir, se percevoir, s’entrevoir, jamais décevoir

Cela semble évident, et pourtant le nombre de musiciens que j’ai accompagné et qui le plus souvent par timidité, pudeur ou insécurité, n’assument pas entièrement, totalement le fait d’être sur scène, leur décision d’y être leur propos, c’est fou !

Car oui pratiquer et créer de la musique c’est vraiment cool, mais la restituer en public, en hauteur et amplifié, ça c’est vraiment autre chose. C’est un sacré enjeu. Oser avoir le culot de s’exprimer artistiquement ce n’est pas rien mais ce n’est pas tout car vous n’êtes pas le personnage le plus important, votre oeuvre l’est.  Il est donc nécessaire de remettre au centre le plus important : VOTRE  SPECTACLE.

Les gens y compris vos amis qui ont fait un effort pour venir le voir, même quand il fait froid ❄ ☀ou très chaud même quand c’est tôt, c’est tard ou c’est loin 🚀… En plus, parfois même, ils paient pour écouter votre  musique 💝 pour l’acheter, pour passer la soirée avec vous et votre création. Ça vaut bien de se fouler un peu et pas seulement là où vous êtes à l’aise, là où vous vous faîtes plaisir…

Respecter le public. respecter vos oeuvres implique de les transmettre dans le vivant, sincèrement, généreusement. Et cela, c’est, au delà de la technicité de l’instrumentiste et du chanteur, le plus complexe et le plus enivrant. C’est ça l’interprétation. ☝️ 

ÊTRE sur scène libre, comme un artiste, c’est un vrai métier parfois ingrat de constance et de longue haleine. Ce sera votre part de montagne à gravir en tongs, mais une fois là haut : quelle vue !

C’est drôle car au moment même où j’écris ces mots, face à l’ordinateur, je suis aussi en train de faire ce même effort, celui de formuler au mieux ma pensée pour qu’elle parvienne au plus grand nombre, pour qu’elle fasse ce qu’elle a à faire. Pour que je fasse ce que je dois faire. Et ce n’est pas plus facile qu’être sur scène et d’assumer d’y être. En fait il s’agit de s’exprimer.

L’acte créatif implique de pensez et assumer ce que vous dîtes , à qui vous le dites , pourquoi vous le dîtes et comment vous le dîtes. 

Être dans la pleine conscience de nos actes artistiques permet aux oeuvres de parler au plus grand nombre… N’essayez même pas d’esquiver sur long terme : pas d’échappatoire ici.

 

La scène on y est vu, entendu, on la voulue, on l’a eue.
Alors il  faut être au niveau !  A son niveau à elle en dépassant le nôtre. Comme un sportif de haut niveau.

«Quand je sens qu’ils m’écoutent et que je les tiens corps et âmes, aucun risque que je fasse une fausse note.
Je deviens exactement ce que je suis censé être depuis que je suis né.
Je n’ai plus peur de rien.
»

Extrait du film Bohémian RAPSODY
Biopic Freddie Mercury / QUEEN

☝️ JE RÉCAPITULE :

La scène et l’interprétation, c’est l’art de projeter les sentiments, l’art de l’émotionnel. C’est aussi l’art du contraste et celui de la nuance. 
Pour cela il vous faudra définir :

Ce que je veux dire, pourquoi je veux le dire, comment je veux le dire, à qui je veux le dire

LA SCENE C’est l’art de la vie et c’est le soi augmenté 💗.

La scène c’est être préparé au meilleur et prendre des risques calculés.
L’art de la scène, c’est la magie de rendre simple ce qui ne l’est pas.
Un espace où l’artiste a le droit d’avoir tous les droits d’expression mais le devoir d’y réfléchir.
Exprimer sa vision et sa direction artistique. 
Une fois que cela est posé, est ce que vous y voyez plus clair ? Voici quelques questions pour aller plus loin dans votre réfléxion.

☝️ TRAVAUX PRATIQUES

A CONSOMMER SUR PLACE OU A EMPORTER

carnet
La scène c’est donc pour moi le SOI AUGMENTE alors si vous n’êtes pas au moins tout ce que vous êtes dans la vie, sur scène… Demandez vous pourquoi votre personnalité ne s’exprime pas dans toute son envergure. Par exemple : Si dans la vie vous êtes plus décontracté, pourquoi ne le seriez vous pas en scène ? Si vous êtes drôle et pas trop timide, pourquoi ne le seriez vous pas sur scène ?

  • Qu’est ce qui vous empêche d'être totalement vous même ?
  • Y avez vous assez réfléchi ? Travaillé ?
  • Avez vous assez exploré les oeuvres, les textes avec tous les musiciens  ?
  • Est ce que vous sauriez comment vous y prendre ?
  • Prenez vous le temps de travailler autre chose que des filages musicaux avant un concert ?
  • Qu’aimeriez vous avoir le temps de travailler au niveau de l’artistique pour parfaire votre prestation scénique ?
  • Quels sont les choses que l’on vous dit régulièrement après vos concerts ? Les bonnes et les moins bonnes ?
  • Avez vous des difficultés techniques ?
  • Et si oui avez vous des solutions pour y remédier ?
  • Qu’attendez vous pour le faire 😉 ?
    (Et si vous répondez je n’ai pas les moyens vous savez bien que ce n’est pas vrai. vous aurez toujours les moyens de vous acheter un smartphone ou un ordinateur ou une pédale d'effet 🙂 ...
  • Et Bonus Spécial chanteurs: Etes vous surs que le spectateur comprend TOUS les mots que vous chantez sans faire d’effort 😏 ? Êtes vous sûrs de bien bien articuler...?
  • Et  C’est quoi la scène pour vous ?
  • Quel est votre plus grand challenge en scène ?  Votre plus grande force ? Votre vulnérabilité ?
  • Comment vous préparez vous à un concert ? Musicalement, Physiquement, Mentalement ?
  • Est ce que cela est difficile avant, pendant, après ?
  • Est ce qu’il y a des choses qui vous échappent que vous ne savez pas gérer ?
  • Comment ça marche vos émotions, sont elles débordantes ou étouffées ? Savez vous toujours les convoquer lorsque vous en avez besoin pour votre interprétation ?
  • Concernant votre regard et votre propos est ce que vous assumez vraiment ce que vous dîtes quand vous vous adressez aux gens ?
  • Quels sont les moments que vous préférez en scène ?
  • Voici une baguette magique : vous pourriez changer quelque chose dans votre attitude, votre jeu, votre présence, vous changeriez quoi sur scène ?
  • Quel est le plus beau compliment que l'on pourrait vous faire ?

Toutes ces questions ne sont que l’infime partie émergée de l’iceberg, qui conduira à un travail plus complet, plus intense et une meilleure prestation.

C’est pour apporter un peu de matière à vos réflexions créatives parce qu’y réfléchir c’est déjà se donner des éléments de réponses.

☝️C’est y mettre de la conscience. 

Et puis un des points le plus important ma cerise 🍒 sur votre gâteau de la rentrée.

Au fait : c’est quoi votre rêve de spectacle ?

Fermez les yeux, et si, hypothétiquement, vous pouviez vous trouver dans la salle et que vous voyiez jouer votre propre groupe… Que voudriez vous voir ? Quelles sensations voudriez vous avoir ?

Posez vous dans un coin tranquille et écrivez le ce rêve, sans vous demander comment vous pourrez faire pour l’atteindre. Soyez audacieux et créatifs, que ce soit un rêve qui implique des prouesses techniques, instrumentales ou vocales que vous n’atteignez pas pour l’instant ou un rêve de spectacle complet avec une scénographie, des costumes, de la lumière, une histoire…

Créer c’est d’abord rêver, puis transposer son rêve et son imaginaire dans le VIVANT. J’y revient toujours.

La scène, c’est parfois goûter à l’instant de « grâce »

J’essaie toujours de faire ce que je ne sais pas faire, c’est ainsi que j’espère apprendre à le faire.

PABLO PICASSO

En tout cas, si d’ores et déjà vous souhaitez continuer cette exploration et pour que cela alimente déjà vos prochains concerts :

Inspirez, respirez, expirez, profitez de tout, de votre musique, de vos chansons, des entre-morceaux en communiquant avec le public, soyez heureux, drôles, attentifs, précis, généreux ! Racontez lui vos histoires, racontez lui en musique, en parole, en image

Prenez cette place incroyable, allez au bout de votre rêve et assumez le.

Au moins vous, vous serez content(e) et le spectateur, celui dont le regard ou le jugement vous fait souvent si peur, dîtes vous qu’il est là pour rêver et pour passer une bonne soirée. Son but premier n’est pas de critiquer,  il veut être captivé

Alors faites les magiciens, et donnez lui ce qu’il est venu chercher : Un moment inoubliable, un moment de grâce.
Et en amont, travaillez sans relâche ce moment inoubliable avec humilité constance et audace.

Ce qu’on te reproche, cultive le, c’est toi !„ disait Jean Cocteau,

 j’y ajoute : La différence entre vous et un autre artiste, C’est Vous !

 

Que votre rentrée soit créative et bienheureuse !

Avec toute mon amitié,

francoise-fognini

Françoise Fognini

Artiste, aventurière de la création et coach de vie artistique. Ma vie professionnelle a des allures de patchwork créatif, que je colore depuis près de 30 ans dans le milieu culturel .

EN SAVOIR PLUS
Découvrir les autres articles de blog

francoise-fognini

Françoise Fognini

Artiste, aventurière de la création et coach de vie artistique. Ma vie professionnelle a des allures de patchwork créatif, que je colore depuis près de 30 ans dans le milieu culturel .

En savoir plus

Pin It on Pinterest